La Mort d'Himmler. Suicide ou assassinat ? - Joseph Bellinger

35,00

Référence AK

Vers le 21 mai 1945, quelques jours après la fin des hostilités en Europe, Heinrich Himmler, ex-ministre de l’Intérieur du Reich, se retrouve prisonnier des Britanniques. Il aura cessé de vivre avant quarante-huit heures. « Suicide au cyanure », ont dit et répètent aujourd’hui encore la plupart des historiens. Est-ce bien certain ? Désirant en avoir le cœur net, Joseph Bellinger a mené l’enquête et a patiemment assemblé les pièces d’un vaste puzzle. C’est ainsi qu’il a été amené à examiner en détail les négociations de paix qui se sont déroulées à la fin de la guerre, à l’insu du Führer, entre Himmler et les Alliés par l’intermédiaire du comte Bernadotte, les manœuvres des Alliés pour semer la discorde au sein des plus hautes autorités allemandes, la politique adoptée par les Britanniques et les Américains à l’égard des « criminels de guerre » nazis. La mort mystérieuse de Hans-Adolf Prützmann, chef du Werwolf, mouvement de résistance longuement évoqué par l’auteur, semble sous ce rapport particulièrement lourde de signification. En mai 1945, le filet se resserre dangereusement autour de l’ancien Reichs--führer et de ses plus fidèles partisans. Bellinger s’attache à suivre heure par heure puis minute par minute les derniers instants d’Himmler jusqu’à sa mort aux mains des Britanniques. L’analyse rigoureuse des différents témoignages et, surtout, de tous les éléments matériels constitutifs de cet événement historique l’amène inéluctablement à une seule et même conclusion : Himmler ne s’est pas suicidé, il a été assassiné.

488 p., cahier photographique.