"Qui suis-je?" Brigneau - Anne Le Pape

12,00

Référence Par

2014, Ed. Pardès, 128 pages.

François Brigneau (1919-2012): « Pour témoigner, rétablir la vérité des faits, démontrer, réfuter, montrer l imposture avec l absurde, le ridicule avec la falsification, écrire devenait un devoir. » (Lettre familière aux abonnés, février 1993.) Sous de multiples noms, il a été journaliste, travaillant aussi bien pour la presse à grand tirage que pour des feuilles confidentielles voire clandestines. En 1965, rédacteur en chef d un jeune mais vigoureux hebdomadaire, un sondage IFOP le désigna comme le deuxième journaliste le plus connu de France. En 2012, à sa mort, le quotidien Le Monde, qui mettait un point d honneur à ne pas le citer, se trouva toutefois obligé de lui consacrer une nécrologie. Il laisse une uvre publiée abondante et variée: chroniques en langue parlée, romans policiers (il reçut en 1954 le Grand prix de littérature policière pour La beauté qui meurt), reportages à travers le monde, évocations de lieux, livres historiques, souvenirs de la vie journalistique et politique, etc. Il a été apprécié par des hommes aussi différents que Frédéric Dard et Jean Madiran, Céline et Hubert Beuve-Méry, Robert Brasillach et Jean Gabin, Arletty et Marcel Pagnol, sans oublier Pierre Lazareff ou Alphonse Boudard.

Pourquoi alors, pour reprendre un mot d Alexandre Vialatte, fait-il aujourd hui partie des auteurs « notoirement méconnus » ? Tout simplement parce qu au long de sa vie, fils d un instituteur syndicaliste révolutionnaire mais s étant toujours défini comme un Français de souche bretonne, François Brigneau, dont la plume valait une épée, a obstinément et fidèlement choisi « le mauvais camp », celui de « la France française », selon sa propre expression. Ce « Qui suis-je ? » Brigneau constitue la première biographie de ce journaliste de combat. Il s appuie sur de nombreux entretiens avec lui et sur des archives familiales.