"Qui suis-je?" Salan - Jean-Paul Angelelli et Bernard Zeller

12,00

Référence Par

2016, éditions Pardès, 128 pages

Un vers de Baudelaire ouvre les mémoires inachevés de celui qui incarnera le combat pour l'Algérie française : "J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans."

Ce "Qui suis-je ?" Salan permet de suivre son exceptionnel destin. Admis à Saint-Cyr en 1917, il choisit l'infanterie coloniale. Les combats de novembre 1918 marquent pour la vie ce jeune officier. Détaché dans l'administration coloniale en Extrême-Orient (1924-1937), il sort de la tourmente de 1940 avec trois citations. En 1944-1945, du débarquement en Provence à l'Allemagne, il mène ses troupes jusqu'à la victoire. En Indochine, aux côtés de Leclerc, en 1945, puis de De Lattre, en 1951, il défend ce pays qu'il a bien connu dans l'entre-deux guerres. Il y affronte un ennemi implacable : le Viet Minh. En Algérie, de 1957 à 1958, il combat un autre ennemi : le FLN, et rétablit une situation compromise, non sans échapper à un attentat politique (affaire du bazooka). En mai 1958, il couvre une révolte patriotique contre la IVe République, appelant le général de Gaulle au pouvoir pour sauver l'Algérie française. Nommé gouverneur militaire de Paris en 1959, le général Salan s'inquiète des ambiguïtés algériennes de la politique gaullienne. En avril 1961, il s'associe à un coup d'État militaire qui échoue. Il plonge alors dans une résistance militaro-civile, l'OAS (Organisation de l'armée secrète), qu'il conduit jusqu'à son arrestation en 1962. Condamné à la détention perpétuelle, il échappe à la peine de mort. Libéré en 1968, il se retire avec sa famille et recouvre tous ses droits. Jusqu'à sa mort, il n'oubliera ni ne pardonnera la liquidation tragique de l'Algérie française.

Jean-Paul Angelelli, né à Alger en 1934. Service militaire de 1960 à 1962 au 6e Spahis dans l'ouest constantinois. Croix de la Valeur militaire. Professeur d'histoire-géographie. Docteur en histoire. Thèse : L'Algérie et l'opinion française en 1930, Nanterre, 1972. Vice-président de l'association des Amis de Raoul Salan. Journaliste dans la presse nationale.

Bernard Zeller, né en 1946. Fils du géné2016ral André Zeller. Polytechnicien (X66), docteur-ingénieur, ingénieur en chef de l'armement (Re.). Carrière dans les industries spatiale et de défense où il a tenu des postes de direction. Président de l'association des Amis de Raoul Salan de 2004 à 2015.