"Jünger - Qui suis-je ?" - Isabelle GRAZIOLI-ROZET

12,00

Référence EP

Editions Pardès, 128pp.

L'itinéraire d'Ernst Jünger, figure saillante du monde politique et intellectuel, témoigne, en huit décennies d'oeuvre littéraire, des controverses idéologiques de son temps. Si les audaces de sa réflexion et la beauté de son écriture ont concouru à nimber cet auteur d'une aura singulière, il a été tout autant disqualifié aux yeux des thuriféraires du politiquement conformé. "C'est au fond sur une scène étroite que se joue l'histoire des hommes - pas plus grande que la place du marché dans une vieille ville. Y règnent la crainte et le tremblement ; on y représente le triomphe de la mort.

On voit comment, avec ses grands satellites, elle se rend maîtresse du monde. Tel est le sujet du spectacle, éclairé par les torches ; dents et griffes - un arsenal d'armes redoutables règne sur le monde."

Ce "Qui suis-je ?" Jünger montre que la pensée d'Ernst Jünger se distingue par l'ampleur des perspectives et la hauteur des points de vue. Certes dépendant du cadre de son siècle, il a su se rendre "maître des hommes et des faits" ; convaincu de vivre un âge d'interrègne, il n'eut de cesse de répondre aux questions posées par les bouleversements de son époque. Il a traqué les lézardes qui menacent l'ordre des cités, les hiérarchies séculaires, comme ces failles qui fissurent l'intelligence rationnelle du discours, en consignant expériences intimes (rêves, "drogues et ivresses".) et interrogations sur la mort. Ernst Jünger a combattu le monde moderne, inquiet, amnésique, déraciné, avec le patrimoine mythologique et avec l'histoire dont il entendait tirer les leçons pour éclairer le présent et découvrir un futur possible. Son souci était l'homme, exilé dans un monde désenchanté, malade de sa civilisation ; qu'il soit "coeur aventureux", "rebelle", "anarque", il doit échapper au désert du nihilisme, s'enfoncer dans la solitude du monde abandonné par les valeurs de la tradition. L'originalité d'Ernst Jünger est d'affirmer qu'"un monde libre ne peut être qu'un monde spirituel", de maintenir, envers et contre toute l'époque pourfendeuse des mystères, la puissance de l'imagination poétique, de s'aventurer en direction du monde des dieux.