Mémoire en défense - L'Aigle Noir

18,00

Josef Kramer contre Josef Kramer

1988, Polemiques, 151 pp.

L'Aigle noir, vous connaissez ? Lui qui a diffusé près de 100 000 tracts en France depuyis deux ans. Leur particularité ? un révisionnisme sans ambages, sans faux-fuyant.

Du coup, son rédacteur s'est trouvé face aux juges de Nanterre, accusé de diffamation publique, de provocation à la haine ou à la violence raciale. ce dont s'est défendu le prévenu, qui a néanmoins été condamné en première instance.

Comment a-t-il pu en arriver là, lui qui n'a jamais fait qu'étudier l'histoire, qui lit et traduit les langues allemande, anglaise et hongroise ? Simplement par désir d'appeler un chat un chat, de ne pas confondre la volonté des nazis d'expulser les juifs d'Europe avec leur prétendu projet de les massacrer jusqu'au dernier.

Dès lors, plutôt que de rentrer dans les arguties juridiques, il a rédigé ce mémoire : Josef Kramer contre Josef Kramer. Qui est cet homme à deux visages ? L'ancien chef du camp de concentration du Struthof, en Alsace. Là où, dit-on, il y aurait eu 80 ou 86 juifs gazés, qui ont pesé très lourd dans la reconnaissance par les alliés des chambres à gaz homicides nazies et du génocide des juifs.

Dans ce livre, pour la première fois, ont été rassemblées les différentes déclarations de Josef Kramer à la justice militaire alliée. Cet officier SS qui a d'abord déclaré, à propos de la rumeur sur les chambres à gaz d'Auschwitz : "c'est fait du débit à la fin", avant d'avouer des crimes d'une noirceur dont raffolent les amateurs du sensationnel.