Georges Valois, de l’Anarcho-Syndicalisme au Fascisme – jean-claude valla

17.00

Ce livre n’est pas l’histoire du Faisceau, le premier parti fasciste français, créé par Georges Valois en 1925, mais celle du cheminement intellectuel de son fondateur : comment un homme élevé dans la plus stricte tradition républicaine, acquis très jeune aux idées anarchistes et convaincu de l’innocence de Dreyfus, a-t-il pu évoluer vers l’antisémitisme, le monarchisme et le fascisme ?

À dix-sept ans – « l’âge, dira-t-il, où les fils de bourgeois ne voyagent qu’avec leur maman » –, Valois s’est embarqué pour Singapour. Revenu en France dix-huit mois plus tard, il est entré dans les cercles anarchistes où il a côtoyé les pionniers du syndicalisme révolutionnaire et fait la connaissance de leur théoricien, Georges Sorel. À vingt-trois ans, il est parti en Russie comme précepteur dans une famille de vieille aristocratie, dont l’ouverture d’esprit a ébranlé ses convictions. L’observation des communautés juives de Russie, la lecture de Nietzsche, la fréquentation de Sorel et la découverte de Maurras vont le métamorphoser. Rallié à l’Action française, il tente de promouvoir la monarchie auprès des syndicalistes révolutionnaires révulsés par la « république fusilleuse » de Clemenceau. En 1909, il publie une enquête (« La monarchie et la classe ouvrière ») et, en décembre 1911, s’associe à Édouard Berth, ami de Sorel, pour lancer le Cercle Proudhon, tandis que Sorel lui-même, qui avait été le principal disciple de Marx en France, crée un hebdomadaire, « L’Indépendance », pour dénoncer les méfaits de la démocratie.

Le Faisceau sera l’aboutissement – fragile et éphémère – de cette évolution, avant que Valois ne renoue avec ses idées de jeunesse. Mort en déportation le 18 février 1945, il échappe à toutes les grilles de lecture manichéennes dont notre époque est friande.

Catégories : , ,

Informations complémentaires

Poids 0.500 kg